DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

"Malabo blues"

Par Marwane Ben Yahmed - jeunafrique.com - 02/05/2013

«Ce pays avait tout pour devenir la Suisse de l'Afrique centrale», et pourtant...

 

les nuages s'amoncellent et l'orage gronde. Petit pays de 28 000 km2 et 700 000 habitants, la Guinée équatoriale fut longtemps considérée par ses voisins comme un inépuisable réservoir de main-d'oeuvre et de domesticité corvéables à merci. Grâce à la découverte d'importants gisements pétroliers, elle s'est métamorphosée en richissime émirat tropical. Cette manne ne l'empêche plus de susciter de vives inquiétudes.

La moindre n'est pas l'après-Teodoro Obiang Nguema, «baobab national» depuis 1979 dont on dit la santé chancelante. Entre les membres de son clan - fils, oncles, épouses... -, les relations sont notoirement exécrables. Sans « Papa Teo », qui a fait de Teodorín, son flambeur de fils, son successeur, il y a d'ailleurs fort à parier qu'elles vireraient au règlement de comptes à OK Corral ! De l'aveu même de ceux qui le connaissent, ce choix de Teodorín étonne, tant sa capacité à diriger le pays est sujette à caution. Précision utile: il est visé par un mandat d'arrêt international. Les justices française, américaine et espagnole s'accrochent à lui comme un cow-boy à son mustang. Saisies de biens immobiliers ou de voitures de luxe, perquisitions, menaces d'interpellation dès qu'il fait un pas hors de son pays... La vie du dauphin désigné n'est pas facile tous les jours!

 


© jssnews.com
Bechir Ben Yahmed
L'image de la Guinée équatoriale est quant à elle régulièrement écornée. Et pas seulement à cause de Teodorín-l'enfant-gâté. Son indice de développement humain (elle se classe 136e sur 186 pays étudiés) est infamant pour le huitième producteur de pétrole du continent, surtout compte tenu de sa faible population. À Malabo, l'environnement des affaires évoque le Far West à la grande époque. En représailles à l'enquête diligentée à Paris sur les biens mal acquis, les entreprises françaises sont par exemple harcelées, parfois contraintes au départ. Les travailleurs étrangers sont traités comme des citoyens de seconde zone, et les ressortissants africains - camerounais, maliens, tchadiens ou ghanéens - expulsés à tour de bras, même s'ils sont en situation régulière (près de 200, le 17 avril). L'opposition est réduite à l'exil et la conception que les autorités se font des droits de l'homme n'est pas vraiment en adéquation avec les critères modernes. Quant à la corruption, elle est effrayante. Dans le classement Transparency International 2012, la Guinée équatoriale apparaît au 163e rang (sur 174). Et pour couronner le tout, une récession économique annoncée pour cette année. Difficile, donc, de ne pas s'inquiéter pour ce pays qui avait tout pour devenir la Suisse de l'Afrique centrale, comme le suggère le titre de son hymne national. Caminemos pisando la senda de nuestra inmensa felicidad signifie à peu près: «Marchons sur le chemin de notre immense bonheur.» L'auteur avait sûrement le sens de l'humour.

MOTS CLES :  Guinée   Baobab 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldemalabo.com
  • Journaldemalabo.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués