DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Tics: Facebook censuré par les autorités?

Par Autres médias - 14/05/2013

Les internautes Équato-guinéens n’arrivent plus à accéder à leur compte Facebook depuis quelques jours.

 

Le gouvernement Equato-guinéen est –il en train de vouloir censurer les réseaux sociaux. Depuis quelques jours, les utilisateurs d’internet rencontrent d’énormes difficultés pour avoir accès à leur boite mail. «Facebook ne marche pas, il n’y pas de Facebook, ça va durer sept jours, c’est le grand patron (président de la république) qui a demandé qu'on ferme Facebook», déclare sous couvert d’anonymat un ressortissant chinois, propriétaire d’un cyber-café à Malabo. De son côté, le journaliste équato-guinéen, Samuel Obiang Mbana, correspondant de l'AFP, d’Africa Nº1 et de la radio internationale allemande Deutsche Welle (DW), a confirmé hier que «le réseau social Facebook a été désactivé sur tout le territoire équato-guinéen à la demande de la présidence et du gouvernement, suite à l'annonce d'une manifestation anti-Obiang Nguema prévue le 15 mai prochain par des étudiants et des opposants au régime.» Outre Facebook, certains sites internet de l’opposition ou favorables à l'opposition sont également été bloqués, tel celui du principal parti d’opposition: Convergence pour la Démocratie sociale (CPDS) qui présentera des candidats aux élections du 26 mai 2013. Une telle censure fausse le jeu démocratique et nuit à l'équité puisque le site du PDGE, le parti présidentiel, demeure quant à lui parfaitement accessible. Outre les jeunes qui acceptent difficilement cette mesure radicale, ce sont les propriétaires de cyber-cafés, majoritairement des Chinois, qui vivent mal cette réalité, car leur chiffre d'affaires a purement et simplement baissé de 75% en deux jours.

 


© tunisienumerique.com
Facebook censuré en Guinée Equatoriale
La riposte
Afin de se faire attendre, le gouvernement à travers le site d’information, www.guineaecuatorialpress.com a commencé la riposte. «Nous voulons clarifier que ni les responsables de ce site web ni ceux du ministère de l'Information, de la Presse et de la Radio - département gouvernemental dont dépend l'édition, n'ont aucune relation ni aucune responsabilité concernant ce problème qui touche également beaucoup d’entre nous. Une fois le contrôle technique fait par nos spécialistes, tout indique qu'un virus informatique a été propagé ou qu'un des fournisseurs de services Internet en Guinée équatoriale a été hacké depuis l'extérieur, ce qui n'implique aucune brèche de sécurité ni aucune responsabilité au sein de http://www.guineaecuatorialpress.com, car si le fournisseur de services Internet est hacké ou mal configuré et reconduit le trafic vers notre site web, en aucune façon nous ne pouvons l’éviter. Nous regrettons les dommages que ce problème ait pu causer à certains internautes et qui est totalement et entièrement étranger à la direction de www.guineaecuatorialpress.com. Nous voulons également insister sur le fait que le gouvernement de Guinée équatoriale est justement le premier affecté par cette attaque grave sur le réseau, qui ne peut venir que des entités extérieures intéressées à nuire et à engendrer le malaise dans notre pays et, à la fois, qui peut supposer précisément un grand préjudice pour son image.» Les internautes continuent à espérer un retour à la normale d’ici peu.
MOTS CLES :  Allemagne   Equatoriale   Guinée   Facebook 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués