NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     AFRIQUE  |    

Aide au développement sur l'Afrique: La France veut se recentrer

Par JDC/JDM - 01/08/2013

Les nouvelles priorités ont été définies lors du comité interministériel de la coopération internationale et du développement, qui s'est réuni le 31 juillet à Paris

 

Le gouvernement français a annoncé mercredi 31 juillet 2013, un recentrage de son aide au développement sur l'Afrique et les pays les plus pauvres, qui absorberont 85% du total des subventions. Elles feront l'objet d'un projet de loi d'orientation et de programmation de la politique du développement qui sera adopté par le Conseil des ministres avant la fin de l'année et examiné au Parlement début 2014. Crée par Lionel Jospin, ce comité qui se réunissait pour la première fois a vu la présence d’une quinzaine de ministres, sous la présidence du Premier ministre Jean-Marc Ayrault . Nous changeons d'ère, a estimé ce dernier à l'issue de la réunion qui s'est tenue dans ses services. Nous sommes engagés dans une maîtrise de nos comptes publics, pour autant la France maintient son effort en matière de développement puisque nous allons consacrer en 2013 3,1 milliards d'euros d'aides directes, a-t-il poursuivi. Au total, en tenant compte de l'ensemble des actions menées (annulations de dette, secteur humanitaire, accueil des étudiants étrangers...), la France consacrera 9,3 milliards d'euros à l'aide publique au développement.

 


Aide au développement sur l'Afrique: La France veut se recentrer
Dans les faits
À partir de 2014, la moitié des subventions de l'Etat français iront aux pays les plus pauvres, tous situés en Afrique, dont une nouvelle liste a été définie mercredi. Elle compte 16 pays dont le Burundi, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Niger, le Sénégal ou encore le Tchad. Au total, 85% de l'effort financier de l'Etat sera consacré aux pays de l'Afrique subsaharienne et aux pays du sud et de l'est de la Méditerranée. L'aide sera également consacrée aux pays "en sortie de crise", comme Haïti, l'Afghanistan, le Yémen et la Palestine. Dans le reste du monde, en Asie, Amérique Latine et dans les Caraïbes, la France sera également présente, a indiqué Jean-Marc Ayrault, mais recentrera ses aides aux politiques de croissance verte et solidaire. Les grands pays émergents ne devraient plus bénéficier d'aide financière directe, et l'assistance se fera désormais via des prêts non bonifiés et non plus des dons. Pour financer cette politique, le gouvernement mise sur une hausse de la taxe sur les billets d'avion, dite "taxe Chirac" qui sera revalorisée de 12,7% en 2014.

 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués