NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     AFRIQUE  |    

Zimbabwe: Mugabe commence un nouveau mandat à la tête du pays

Par journaldemalabo avec agences - 23/08/2013

Son investiture a eu lieu hier jeudi à Harare, avec comme absence remarquée, celle de son ex PM Morgan Tsvangirai

 

Devant une foule de partisans réunie à Harare, Robert Mugabe a été investi pour un nouveau mandat à la tête du pays. Après 33 ans de pouvoir, et à 89 ans, il a juré d’observer, faire respecter et défendre la Constitution du Zimbabwe et toutes les lois du pays. Une cérémonie marquée par les absences, avec celle en tout premier de son concurrent à la magistrature suprême, et ancien Premier ministre, Morgan Tsvangirai, qui avait qualifié le scrutin d’énorme farce. Robert Mugabe repart pour un mandat de cinq ans après une large victoire le 31 juillet dernier. C’est son sixième mandat présidentiel depuis l’indépendance du Zimbabwe en 1980. Dans un discours musclé, Robert Mugabe a traité les pays occidentaux d’infâmes. Les Anglo-Saxons ont critiqué le verdict de notre élection au Zimbabwe, a-t-il déclaré, mais où sont-ils maintenant ? On se le demande.

 


© senenews.com
M. Mugabe, qui à 89 ans est au pouvoir sans discontinuer depuis trente-trois ans, a été réélu au premier tour de la présidentielle avec 61% des voix, contre 34% à Morgan Tsvangirai. Mais l’opposition et des observateurs indépendants n’ont eu de cesse de dénoncer des fraudes massives. Si les pays occidentaux ont condamné un scrutin entaché selon eux de malversations, les pays africains n’ont rien trouvé à redire --à l’exception notable du Botswana--, et la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) a même désigné M. Mugabe à sa tête pour l’année 2014-15. Le MDC avait déposé un recours devant la Cour constitutionnelle du Zimbabwe pour demander l’annulation du scrutin, mais il l’a ensuite retiré, n’ayant notamment pas obtenu de la Commission électorale d’importants documents qui lui auraient permis d’étayer sa plainte et de prouver les fraudes. La Cour constitutionnelle a néanmoins jugé mardi les élections «libres, honnêtes et crédibles» et un juge a demandé que les avocats du parti de M. Tsvangirai soient poursuivis pour avoir affirmé que la justice du pays n’était pas indépendante.

 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués