FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

CEEAC: adoption du plan stratégique pour la lutte contre le vih/sida

Par journaldebrazza.com avec ACI - 03/09/2013

Les ministres de la santé des pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale ont adopté à Brazzaville, plusieurs points relatifs à la riposte contre la pandémie

 

Les ministres de la santé des pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) ont adopté, le 1er septembre dernier à Brazzaville, au cours d’une table ronde ministérielle, plusieurs points relatifs à la riposte contre le VIH/Sida en Afrique Centrale, parmi lesquels le Plan Stratégique CEEAC 2014-2018 pour la lutte contre cette épidémie dans la sous-région. Ils ont aussi adopté avec amendement et à huis clos, le budget provisoire de ce Plan Stratégique qui s’élève à 13 millions de dollars américains, la feuille de route sur la responsabilité partagée et la solidarité régionale pour la mise en œuvre dudit plan, la déclaration des ministres de la santé sur cette responsabilité partagée et la solidarité régionale pour la lutte contre le VIH/Sida, ainsi qu’un communiqué final du Conseil des ministres de la santé. A cette occasion, le président du Conseil des ministres, le Tchadien Hamed Djidda Mahamat a défini ce Plan Stratégique comme un cadre novateur pour des résultats équitables et durables, né des engagements des Chefs d’Etat et de gouvernement par rapport à la feuille de route sur la responsabilité partagée et la solidarité approuvée lors du 19ème sommet de l’Union Africaine (UA) tenu à Addis-Abeba, en Ethiopie.

 


© camer.be
Placée sous le thème« La responsabilité partagée et la solidarité régionale », cette réunion s’est tenue dans l’optique de générer un soutien en faveur de la mise en œuvre dudit plan, en vue de rattraper le retard accusé par la CEEAC par rapport aux organisations sœurs d’autres sous-régions. Cette table ronde consultative ministérielle suscite, a souligné le président du Conseil des ministres, trois appels visant à soutenir la mise en œuvre des interventions de la feuille de route pour la responsabilité partagée, relative à la riposte du VIH/Sida en Afrique Centrale. Il s’agit d’identifier les opportunités favorisant les investissements durables dans le cadre du Plan Stratégique 2014-2018 ; de renforcer la responsabilité mutuelle et garantir l’engagement des gouvernements pour l’efficacité de leurs contributions à soutenir la mise en œuvre de ce plan, en vue d’obtenir des résultats satisfaisants et durables.

Le troisième appel vise à améliorer les capacités pharmaceutiques locales des pays membres en vue de faciliter la promotion des médicaments génériques et la réduction du coût, en application des nouvelles dispositions ADP-IC plus, en lien avec les 15 millions de personnes vivant avec le VIH/Sida d’ici à 2015. M. Djidda Mahamat a, par ailleurs, encouragé le partenariat stratégique que l’OMS et l’ONUSIDA entretiennent avec la CEEAC pour faire aboutir cette politique de lutte contre le Sida et d’atteindre la perspective de zéro contaminé, zéro VIH/SIDA dans la sous-région.

Intervenant lors de ces assises, le ministre congolais de la santé, M. François Ibovi, s’est penché sur la question de la couverture sanitaire universelle qui est un défi majeur pour les pays membres de la CEEAC. Il a projeté la création d’une organisation devant conduire cette communauté à résoudre ensemble les problèmes de santé. Il a, cependant, déploré la stagnation de l’Afrique Centrale, en dépit des atouts ou ressources qu’elle regorge. Il a invité ses homologues à accélérer l’intégration des programmes de développement sanitaire, afin de renforcer leur organisation sous-régionale.

En marge des travaux, les sept ministres de la santé présents sur les dix que compte la CEEAC, ont animé une conférence de presse au cours de laquelle ils ont reconnu la faible couverture en Antirétroviraux (ARV) et la lenteur affichée pour l’atteinte des OMD dans l’espace CEEAC.

A propos du Plan Stratégique, ils l’ont estimé «très ambitieux» pour rattraper le retard pris en Afrique Centrale. Il comprend cinq axes majeurs dont trois ont été validés par le Conseil des ministres, à savoir la lutte contre la transmission du VIH de la mère à l’enfant, la réduction de cette maladie de la mère à l’enfant, l’approvisionnement et la disponibilité des ARV. Ces ministres ont insisté, dans leurs réponses à la presse, sur la coordination, la bonne gouvernance ainsi que sur le suivi et évaluation dans ce secteur sensible. Pour y arriver, « il faut simplement optimiser les différentes expériences pour vaincre la maladie à l’échelle sous-régionale. Ils ont, en outre, édifié la presse sur la prévention du sida. A cet effet, le directeur régional de l’OMS/Afro, M. Luis Gomes Sambo a rappelé à l’opinion, la publication d’un guide qui donne des informations de traitement de façon précoce à tout séropositif sans tenir compte du taux de CDC.

Cette réunion a eu lieu à la veille de la 63ème session annuelle du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique qui se tient du 2 au 6 septembre à Brazzaville.

 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués