NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     AFRIQUE  |    

Des promesses de 2,2 milliards de dollars pour le relèvement de la Centrafrique

Par AFP - 18/11/2016

Les donateurs de la République centrafricaine se sont engagés jeudi à Bruxelles à aider, à hauteur de 2,2 milliards de dollars sur les trois prochaines années, ce pays dévasté par la guerre

 

Les donateurs de la République centrafricaine (RCA) se sont engagés jeudi Bruxelles à aider à hauteur de 2,2 milliards de dollars sur les trois prochaines années ce pays dévasté par la guerre, un résultat jugé positif par le président Faustin-Archange Touadéra.

Le montant est insuffisant pour réaliser l'intégralité du plan de redressement sur cinq ans (2017-2021) présenté par Bangui et chiffré à 3,1 milliards USD.

Mais il va permettre de remplir "les priorités des priorités, les actions d'extrême d'urgence", a expliqué le président Touadéra lors d'une conférence de presse, citant l'investissement dans l'armée et le désarmement des rebelles qui contrôlent encore "une bonne partie du territoire".

Pour lui, "la conférence a tenu toute sa promesse".

Avec des donateurs s'engageant à fournir "2,268 milliards de dollars" sur trois ans, chiffre encore provisoire selon lui, l'objectif est atteint "à 141%", a déclaré M. Touadéra, en référence au 1,6 milliard USD jugé nécessaire sur 2017, 2018 et 2019.

Le résultat de cette conférence réunissant plus de 80 délégations, coorganisée avec l'Union européenne (UE), était incertain, ce pays africain de moins de cinq millions d'habitants ne figurant plus parmi les priorités diplomatiques.

"Rien n'est acquis", avait reconnu le ministre français André Vallini en arrivant à la réunion.

"On est inquiet. On a eu du mal à préparer cette conférence", avait également indiqué à l'AFP une source proche dossier à la veille du rendez-vous bruxellois. "Les Centrafricains ont sorti une liste de voeux au Père Noël (...) La Banque mondiale, le FMI et l'UE ont demandé quelque chose de plus sérieux", avait-elle ajouté.

Au final, l'UE, qui se présente comme le premier donateur, a promis 778 millions de dollars d'ici à 2020: 450 de la Commission auxquels s'ajoutent 328 millions des Etats membres.

 


© Droits réservés
Le président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra
"Un moment clé"
Il s'agit de "soutenir les efforts que fournit la RCA pour parvenir à la paix, à la sécurité et à la réconciliation" et d'"encourager le développement et la reprise économique, tout en continuant à fournir une aide humanitaire", selon un communiqué de l'UE, qui aide par ailleurs à la formation des soldats centrafricains à travers sa mission EUTM RCA lancée en juillet pour deux ans.

La Banque mondiale, selon un de ses responsables, s'est engagée "au-delà des 500 millions USD" sur trois ans.

La Républicaine centrafricaine, classée parmi les pays les plus pauvres du monde, peine à se relever du chaos de la guerre civile provoquée en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par des rebelles séléka, majoritairement musulmans. Cela avait entraîné une contre-offensive des milices anti-balaka, majoritairement chrétiennes.

L'intervention de la force française Sangaris - dont la mission a pris fin en octobre - et de la force de l'ONU (Minusca - 12.000 hommes toujours déployés) a mis fin aux massacres, mais n'a pas réussi à stabiliser la situation sécuritaire.

L'aide internationale, a expliqué M. Touadéra, doit permettre d'"investir dans l'armée", et de réinstaller les déplacés internes et réfugiés centrafricains dans les pays voisins (Tchad, Cameroun), dont le total est estimé à 850.000 personnes.

D'autre part, "la Cour pénale spéciale sera opérationnelle d'ici au mois de janvier", a promis le président, ce qui "matérialisera au-delà de tout autre discours notre profonde foi dans la lutte contre l'impunité".

La mise en place de cette juridiction, prévue par une loi de 2015 (avant l'élection du nouveau président), est vivement souhaitée par les ONG. Elle doit permettre de juger les crimes relevant du droit international.

De son côté, Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'UE, a évoqué le rendez-vous dans deux jours au Vatican de l'archevêque de Bangui récemment nommé cardinal par le pape François, soulignant qu'il s'y rendrait "accompagné par un imam musulman et un révérend protestant".

"Cela nous dit que la réconciliation (...) est déjà en cours. Elle doit continuer et se renforcer", a affirmé Mme Mogherini, présentant la conférence de Bruxelles comme "un moment clé" pour la RCA.

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués