DOSSIERS  |     INTERVIEWS  |    

Teodorín Obiang, l'enfant pourri gâté de la Guinée équatoriale

Par Dabadi Zoumbara (Le Pays) - 20/07/2012

Le domicile parisien du fils aîné du président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, a été perquisitionné le 14 février 2012

 

Le domicile parisien du fils aîné du président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, a été perquisitionné le 14 février 2012 par l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière sur instruction de juges français. Cette opération, faut-il le rappeler, a été menée dans le cadre d’une enquête sur les biens mal acquis en France par des chefs d’Etat africains dont Teodoro Obiang Nguema. On le sait, les Occidentaux ne badinent pas avec la loi, notamment celle relative à la délinquance financière.

 


© Abdelhak Senna/AFP.
Teodorin Obiang Nguema, le 24 janvier 2012.
Un monumental gâchis
Et à ce que l’on dit, le patrimoine de Teodoro Obiang Nguema se serait agrandi car son fils bien aimé, Teodorín Nguema Obiang, avait, en 2009, acquis plusieurs œuvres d’art d’une valeur estimée à plus de 18 millions d’euros, soit plus de 11 milliards de Francs CFA. Même en terre africaine, une telle dépense aurait pu toucher la sensibilité de certaines personnes, à plus forte raison l’Europe où les autorités sont plus vigilantes sur certains faits et gestes.
A travers cette perquisition du domicile du fils aîné du président équato-guinéen, certains, notamment les faux défenseurs du continent noir, diront probablement que l’on s’acharne contre celui-ci. C’est d’ailleurs ce qu’a fait son avocat, maître Olivier Pardo, qui a qualifié l’acte de violation des principes diplomatiques du fait que Teodorin Nguema est devenu depuis 2011, le représentant permanent adjoint de son pays à l’Unesco. Mais n’a-t-il pas donné les verges pour qu’on le fouette? Combien d’hôpitaux ou d’écoles pouvait-on construire avec les sommes dépensées?

Cet argent pouvait bien servir au développement de son pays où bien des personnes croupissent sous le poids de la misère. Et ce, malgré la production du pétrole qui procure des revenus considérables au pays mais qui ne sont détenus que par quelques individus. Tout cela à cause de la mal gouvernance dans laquelle baigne le pays. Cette manne n’est pourtant pas une ressource intarissable. Tôt ou tard, qu’on le veuille ou pas, telle une poule aux œufs d’or, elle mourra.

Le déshonneur de l'Afrique
D’où la nécessité de bien la gérer afin qu’elle profite au peuple tout entier. En matière de ressources pétrolières, affirmons-le sans barguigner, en dehors des pays arabes où les populations profitent des revenus du pétrole, en Afrique subsaharienne, c’est le désastre.
Le cas du Nigeria en est très illustratif. Malgré ses nombreuses ressources pétrolières, près de 60% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. En tout état de cause, Obiang père et fils gagneraient à développer une vision qui puisse leur permettre de garantir un bien-être à leurs populations au lieu de passer leur temps à dilapider les ressources du pays en Occident avec tout ce que cela comporte comme humiliation.

A ce que l’on sache, ce n’est pas la première fois que Teodorín Nguema a affaire à la justice. L’on se rappelle que celle-ci avait déjà saisi certains de ses véhicules de luxe dont une Ferrari. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le comportement de ce dernier n’est ni plus ni moins que des frasques qui n’honorent pas l’Afrique. L’argent, a-t-on coutume de dire, est un bon serviteur mais un mauvais maître. Cependant, il semble que Teodorín Nguema ignore ce proverbe bien connu. Même si les Français avaient ignoré la folie dans laquelle il s’est lancé, sa propre conscience devrait l’interpeller. Mais visiblement et à ce que l’on dit, ce garçon qui mène une vie de pacha, est loin de se reprocher quelque chose. Ce qui témoigne une fois de plus du comportement qui caractérise la mal gouvernance devenue sport favori de certains chefs d’Etat africains et de leurs proches.

 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués