DOSSIERS  |     INTERVIEWS  |    

Tomás Mecheba Fernández : «j’encourage ces jeunes qui font les études de médecine»

Par BIP et de Guinée équatoriale - 21/09/2012

Le ministre de la Santé et du Bien-être social parle des activités et des projets en cours d’exécution dans le secteur de la santé.

 

Votre Excellence, qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez été nommé ministre?
Mon principal sentiment a été celui de la gratitude et de la reconnaissance envers le président de la République pour m'avoir accordé ce travail difficile, car le travail dans ce département est compliqué et il a eu confiance en moi pour améliorer beaucoup de choses en ce qui concerne la santé. J'espère être à la hauteur et ne pas décevoir cette confiance qu'il m'a accordée.

Quelles difficultés trouvez-vous dans cette nouvelle responsabilité?
La principale difficulté de ce département, de même que de n'importe quel département ayant un nombre élevé de fonctionnaires est le manque de responsabilité et de discipline qu'on trouve parfois chez certains employés. C'est une question d'éthique professionnelle qui nous oblige parfois à prendre des mesures punitives pour que le problème ne s'enracine pas, car ce sera de plus en plus difficile de l'éradiquer. Nous avons aussi un groupe de jeunes qui est récemment venu des universités internationales, principalement de Cuba, du Maroc et de Chine et qui a de l'intérêt et de la vocation pour exercer sa profession. De même, nous donnons des cours très strictes de professionnalisation pour les assistants sanitaires, afin qu'ils puissent devenir des agents médicaux techniques. Une nouvelle génération de médecins se forme, ayant un grand sens de la responsabilité et de la vocation. Et nous essayons que ces personnes occupent les postes de responsabilité dans les hôpitaux et concernant les programmes de santé. Je ne peux que faire des éloges et qu'encourager ces jeunes qui ont choisi les études de médecine, parce qu'il s'agit d'un des besoins les plus fondamentaux des habitants de notre pays.

 


© guineaecuatorialpress.com
Le ministre de la Santé Tomás Mecheba Fernández
Comment qualifiez-vous la situation du secteur de la santé dans l'ensemble du pays?
Le chef d'État et de gouvernement fait des énormes efforts pour acheter des médicaments, du matériel sanitaire, des équipements médicaux, etc. Mais nous devons également réussir à ce que la gestion se réalise de manière responsable et confier cela à des personnes intègres dans les postes de direction. il existe une affectation spécifique pour l'alimentation des malades dans toutes les villes. Malabo a une attribution de trois millions par mois, Bata quatre millions, tandis que les hôpitaux des districts tels que Baney, Riaba, Niefang, Kogo et Mbini ont un million de francs CFA par mois... Nous devons réussir à ce que cet argent soit utilisé de manière appropriée. Pour cela, nous réalisons des audits importants, grâce auxquels nous pouvons vérifier si l'argent de l'État est utilisé correctement.

Quel est votre message pour les professionnels de la santé afin qu'ils améliorent leur travail ?
Je pense que le plus important pour toute personne qui travaille dans le secteur de la santé doit être le respect de sa vocation, car on travaille dans ce secteur par vocation; on ne travaille pas là pour gagner de l'argent, mais on choisit ces études-là pour aider les gens. Nous ne pouvons pas transformer l'exercice de la médecine en business.

Quels projets ou quelles améliorations voulez-vous inclure dans la santé publique?
Une des choses fondamentales, car il s'agit d'un gouvernement de transition et les délais sont donc très courts - est d'assainir le fonctionnement des hôpitaux, par le biais de l'assignation des postes de direction à des personnes responsables et de l'accès aux médicaments de qualité à des prix modiques pour tous les habitants. Une autre question fondamentale est de freiner la prolifération de centres médicaux qui ne remplissent pas les conditions adéquates et qui n'ont pas de personnel ayant une formation suffisante. Il est également très urgent d'améliorer la législation concernant le secteur pharmaceutique, les hôpitaux et toutes les lois réglant le système sanitaire en général. Je ne peux que vous direz que nous préparerons le chemin pour que le prochain ministre de la Santé et du Bien-être social trouve la situation la plus saine possible.

Et, enfin, croyez-vous que les habitants de la Guinée équatoriale peuvent avoir confiance en la santé publique?
Oui, ils peuvent et ils doivent avoir confiance. Presque 80% de la population est soignée dans le cadre du réseau sanitaire public. Nous avons actuellement beaucoup de centres médicaux en fonctionnement et deux hôpitaux qui ont une technologie sanitaire très avancée. Avec un vaste programme de réhabilitation, de construction et d'équipement du service sanitaire national, je crois que nous pouvons réussir d'ici deux ans à soigner 100% de la population dans le cadre du système de la santé publique.

 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

A savoir

  • Le ministre de la Santé Tomás Mecheba Fernández, a été nommé à ce poste en mai 2012 dernier. Il a suivi des études de médecine à l'Université Complutense de Madrid en Espagne. À son retour en Guinée équatoriale, Mecheba a commencé à travailler dans la fonction publique en tant que membre du gouvernement, en 1999. Il est l’une des personnes ayant exercé plusieurs fois un poste dans le même département. En effet, il a commencé comme vice-ministre de la Santé. Un poste qu'il a occupé de 1999 à 2003. Plus tard, il a été nommé ministre délégué, entre 2003 et 2004 et aussi en 2011. Enfin, il a accédé au plus haut poste du ministère de la Santé et du Bien-être social, le 24 mai 2012. Mais le ministre a concilié aussi ses études et sa trajectoire professionnelle avec une longue carrière politique. Tandis qu'il suivait ses études en Espagne, il a milité au Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). C’est de là qu’il fonde le Parti socialiste de Guinée équatoriale en Espagne. Il d’ailleurs a été élu plusieurs fois secrétaire général, lors des quatre congrès qui ont été célébrés. Il a également été parlementaire de 2008 à 2011, lorsqu'il a été nommé ministre délégué.

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués