CAN 2012  |    

Botswana: Le réveil des Zèbres

Par Emile Zola Ndé Tchoussi - 11/01/2012

Qualifié pour la première fois de son histoire à la grande fête du football africain, les Botswanais n’iront pas à la Can en victime expiatoire

 


Les zebres continuer son ascencion
Logé dans un groupe à cinq lors des éliminatoires de la Can 2012en compagnie, de la Tunisie, du Malawi, du Togo et du Tchad, le Botswana a crée la sensation en terminant premier avec 17 points (cinq victoires, deux nuls et une défaite). Du coup, le Botswana a connu une progression spectaculaire dans la hiérarchie mondiale, ces derniers mois. Les Zèbres pointent désormais au 67ème rang du classement mondial Fifa, ce qui constitue la meilleure performance de leur histoire. Les Botswanais occupent le treizième rang en Afrique et devancent quelques formations de renom comme la Zambie, le Sénégal ou encore le Maroc. L'exploit est d'autant plus impressionnant qu'il y a encore deux ans, le Botswana pointait au 134ème rang mondial, au terme d'un parcours extrêmement décevant dans les qualifications groupées pour la Can/Coupe du monde 2010.

 

La réussite des Zèbres en ce moment, ils le doivent en grande partie à Jerome Ramatlhakwane, son attaquant vedette. C’est lui qui lors du début des éliminatoires, a mis son équipe sur de bons rails, en marquant quatre buts décisifs en cinq matches. Il a fait chuter la Tunisie, à l’aller, comme au retour. Mais pour bons nombres d’observateurs, le sélectionneur Stanley Tshosane est l'homme du miracle botswanais. Arrivé en 2008 à la tête de la sélection, ce technicien expérimenté a déjà fait ses preuves dans le championnat national, ainsi que lors d'un précédent passage sur le banc de l'équipe nationale. Depuis sa prise de fonction, il a su accompagner le groupe dans sa progression, afin de l'amener lentement mais sûrement vers le haut niveau. Figure légendaire du football national, Tshosane est parvenu à remodeler l'équipe nationale et à lui redonner confiance. Solidité défensive, efficacité offensive et discipline tactique sont les trois piliers du décollage botswanais sur la scène footballistique africaine. Tshosane reconnaît sur le site de la Fifa que ce saut qualitatif a été obtenu dans la douleur. Il évoque en particulier les choix difficiles et les changements importants apportés à la sélection nationale il y a deux ans. Quand je suis arrivé en mai 2008 comme entraîneur intérimaire, j'ai tout de suite remarqué que la moyenne d'âge de l'équipe nationale était assez élevée. Il y avait du ménage à faire, explique Tshosane. En juillet 2008, après la défaite 4-0 contre la Côte d'Ivoire, j'ai convoqué l'encadrement technique pour lui expliquer que je voulais prendre le risque de créer une nouvelle équipe. Une reconstruction qui s’est avérée payante.

 


Kekaetswe Moloi, une absence très remaquée
Kekaetswe Moloi, le grand absent

Avant de rallier Franceville, où ils évolueront dans le même groupe que le Ghana, le Mali et la Guinée, les Botswanais ont dévoilé le planning de préparation. C’est l’Afrique du Sud et le Cameroun qui serviront de cadre à la préparation de l’équipe du Botswana. L’information a été donnée par le président de la Fédération botswanaise de football, David Fani. Le Botswana a entamé sa préparation à Rustenburg, en Afrique du Sud, du 13 au 23 décembre 2011. La suite du stage prévue au Qatar a été annulée au dernier moment. Devant son public, le Botswana a livré un match amical contre le Zimbabwe, samedi dernier. Lundi 9 janvier, la délégation du Botswana devrait avoir pris la route, destination le Cameroun, pour la période allant du 10 au 20 janvier 2012. Le choix du Cameroun, explique David Fani, a été motivé pour sa proximité avec les deux pays organisateurs. C’était l’endroit le plus favorable à une bonne acclimatation. Pour cette préparation, 26 joueurs ont été convoqués par Stanley Tshosane. Mais dans cette liste ne figure pas Kekaetswe ‘Mara’ Moloi, pourtant auteur de 14 buts en 15 matches de championnat cette saison avec Mochud Centre Chief’s. A en croire des sources concordantes, la non-présélection de Moloi relève plutôt d’un aspect disciplinaire que sportif. Toutefois, parmi les 23 retenus, un cadeau d’adieu devrait être réservé pour la star incontestée du football botswanais, Diphetogo Selolwane. Le recordman des sélections et meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale aura 34 ans en 2012.

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués