SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

Migrations: Des travailleurs sans papiers renvoyés

Par Alain Georges Lietbouo / assofrage - 07/02/2013

Plus de 500 travailleurs clandestins ont été renvoyés à la frontière camerounaise par la police équato-guinéenne

 

Selon la CPDS, le principal parti d'opposition du pays, et selon des sources camerounaises, les travailleurs étrangers soupçonnés d'être des clandestins sont depuis deux semaines la cible d'opérations de police de grande envergure menées dans les rues de Bata et de Malabo, les deux principales villes de la Guinée équatoriale. Le parti d'opposition rapporte que depuis le 21 janvier trois camions ont reconduit à la frontière camerounaise (Kye-Ossi) plus de 500 ressortissants de divers pays d'Afrique subsaharienne, principalement des Camerounais et des Maliens. A Malabo, l'action la plus spectaculaire aurait eu lieu il y a quelque semaine dans plusieurs entreprises étrangères, comme la SOMAGEC où plusieurs centaines de travailleurs marocains ont été contrôlés.

 


© assofrage
Les représentants de la force de l'ordre en Centrafrique
Les arrestations se seraient poursuivies durant les nuits, à tous les barrages militaires de la capitale, et «tous les habitants ont pu voir comment les policiers faisaient irruption dans les habitations occupées par des étrangers», avant de les conduire au Commissariat central. Selon la CPDS, parmi les étrangers interpellés, il n'y a pas que des travailleurs clandestins, mais aussi beaucoup d'étrangers dont la situation est en cours de régularisation. Car, explique le communiqué de la CPDS, depuis la nomination de Teodorin Nguema Obiang Mangue au poste de 2e Vice-président chargé de la Défense et de la Sécurité nationale, les étrangers ont dû renouveler leurs visas et depuis l'an dernier, le bureau du fils du président est rempli de dossiers en attente de signature. Certains sont donc des travailleurs en situation régulière, mais qui n'ont pas encore pu récupérer leurs papiers.

Selon le site camerounais Mboa.info, «la raison de cette chasse à l'homme remonte à la découverte du corps d'une jeune femme équato-guinéenne retrouvé sans vie. Selon les informations, la personne tuée serait l'épouse d'un homme haut placé en Guinée Equatoriale.» Cette information, qui n'a pu être vérifiée, n'a pas été confirmée de source officielle. Les opérations de contrôle et les expulsions d'étrangers sont fréquentes en Guinée équatoriale à la veille d'élections et constituent depuis longtemps une pomme de discorde avec le Cameroun voisin. En octobre 2011, des forces de l’ordre Equato-guinéens avaient ouvert le feu sur deux jeunes filles camerounaises.

 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués