NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     AFRIQUE  |    

Enlèvement entre le Nigéria et le Cameroun: le flou persiste

Par Alain Georges Lietbouo - 21/02/2013

Selon une rumeur relayée par des médias internationaux les 7 otages français auraient été libérés, information démentie par le gouvernement camerounais

 

L'incertitude grandit autour du sort des sept otages français enlevés mardi dans le nord du Cameroun. L'armée camerounaise a dans un premier temps annoncé jeudi leur libération au Nigeria voisin. Selon cette source, les autorités nigérianes auraient récupéré les otages abandonnés dans une maison de la ville de Dikwa, au nord du pays, à une centaine de kilomètres de la frontière avec le Niger. Et d'ajouter: «Les otages sont sains et saufs et sont aux mains des autorités nigérianes».

 


© huffingtonpost.f
l'un des otages, pris dans le nord du Cameroun
Le ministre délégué aux Anciens combattants Kader Arif a dans un premier temps confirmé cette information, interrompant les discussions à l'Assemblée nationale pour annoncer: «Juste avec la prudence d'usage... mais je viens d'avoir comme information, à confirmer, mais il semble qu'elle est confirmée, que nos otages au Cameroun on été libérés». La nouvelle a provoqué les applaudissements sur tous les bancs. Le ministre est ensuite revenu sur ses propos, en déclarant qu'il n'y avait «pas de confirmation officielle». Le ministère français des Affaires étrangères a publié un communiqué pour préciser l'état des choses. «Une information de presse fait état de la libération de nos otages au Cameroun», peut-on lire dans un communiqué. «Cette information ne peut être confirmée. Nous mettons en garde contre la propagation d'informations prématurées.» Le ministre camerounais de la Communication a lui aussi démenti la libération de la famille. «C'est une folle rumeur. Si d'aventure ce qui s'est dit à travers cette rumeur était une vérité, le gouvernement camerounais aurait déjà porté l'information à la France», a déclaré le ministre Issa Tchiroma Bakary lors d'une conférence de presse. L'armée nigériane a également démenti la libération des otages.

Des gendarmes français au Cameroun
La France avait dit «tout faire» mercredi pour retrouver les sept otages soupçonnant ouvertement la secte islamiste nigériane Boko Haram d'être à l'origine de l'enlèvement. Boko Haram affirme combattre pour la création d'un Etat islamique au Nigeria, mais ses revendications ont déjà changé plusieurs fois et des bandes criminelles agissent aussi en se faisant passer pour des membres de la secte. Un autre groupe islamiste nigérian, qui pourrait être une faction de Boko Haram, Ansaru, a pour sa part revendiqué l'enlèvement d'un ingénieur français dans le nord ouest du Nigeria en décembre et celui de sept étrangers le week-end dernier dans l'Etat de Bauchi (Nord). Des gendarmes français participaient depuis mardi à l'enquête au Cameroun. Les Français, expatriés au Cameroun depuis 2011 et en vacances dans le nord du pays, avaient été enlevés mardi par des hommes à moto, qui les avaient emmenés ensuite vers le Nigeria voisin. C'est la première fois que des enfants français ont été pris en otages à l'étranger. Il s'agissait aussi du premier enlèvement de Français depuis le début de la guerre lancée par la France le 11 janvier au Mali pour déloger des groupes islamiques armés qui occupaient le nord du pays. Bien que des informations concordantes pèsent contre la secte islamique Boko Haram, l’enlèvement n’a pas encore été revendiqué jusqu’ici.

 

MOTS CLES :  France   Otage   Niger 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués