SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Immigration: l’activiste Juan Tomas Avila de retour à Malabo!

Par Journaldemalabo.com - 22/02/2013

En exil en Espagne depuis 2011, l’écrivain et blogeur Equato-guinéen est de retour dans son pays afin de continuer son combat

 

«Tout citoyen d’un pays n’a qu’une garantie, celle qu’en luttant il puisse atteindre un jour la plénitude humaine sur sa terre.» Tel semble être le leitmotiv qui a poussé l’écrivain et blogueur équato-guinéen Juan Tomás Ávila à revenir dans son pays, 24 mois après l’avoir quitté. Laurel avait quitté son pays en 2011 afin de dénoncer «la dictature dans son pays». Après avoir entamé une grève de la faim pour protester contre le régime d’Obiang Nguema, il avait trouvé refuge en Espagne. Aujourd’hui, il a décidé que le moment était venu de retourner sur sa terre natale. «Passé un certain temps, quand on a quitté son pays pour quelque raison que ce soit, disons en exil, il existe un risque, de ne jamais y revenir. Mais, ce serait là donner raison au régime, car il est nécessaire de semer les graines de la dissidence dans la société guinéenne», a-t-il révélé.

 


© wanafrika.org
l'activiste Equato-guinéen voudrait tout faire pour se faire entendre
En 2011, la protestation de Juan Tomás Ávila Laurel avait été largement relayée par l’internet, via les réseaux sociaux et sa grève de la faim avait obtenu l'adhésion de près de 2000 internautes sur Facebook où un groupe de soutien avait été constitué. Mais aussi de la part de personnalités telles que les intellectuels équato-guinéens tels que Donato Ndongo-Bidyogo, Francisco Zamora Loboch, Justo Bolekia Boleká, qui avaient signé ensemble un manifeste de soutien à Juan Tomas Avila. Même s’il existe des risques pour lui de revenir dans un pays où la liberté d’expression est très contrôlée, l’écrivain ne veut pas s’interdire d’aller et venir comme il le souhaite. [i S’il y a des représailles, dit-il, ce sera contre un innocent, et ce sera alors une raison de plus pour moi de dénoncer les violations des droits de l’homme…

Né à Malabo en 1966, d’origine annobonaise, Juan Tomás Ávila Laurel a écrit des nouvelles, des poèmes et des essais, mais il est aussi l’auteur de nombreux articles sur son blog «FronteraD» où il dénonce régulièrement les injustices et les violations des droits de l’homme en Guinée équatoriale.

 

MOTS CLES :  Guinée   Equatoriale   Politique   Citoyen 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués